we sign it - not aMUSEd

not aMUSEd

Une lettre ouverte à l'attention du Musée d'art et d'histoire à Genève,

C'est avec grand plaisir que nous avons appris votre intérêt pour la question de la visibilité des femmes dans les collections du Musée d'art et d'histoire en organisant le marathon Wikimédia "Art + Féminisme" à la bibliothèque d'art et d'archéologie BAA.

Montrer plus d'art réalisé par des artistes femmes au Musée d'art et d'histoire MAH aidera notamment le public et les générations futures à faire la différence entre femmes réelles (artistes) et femmes imaginaires (muse, figure mythologique par ex.).[1] En effet, ces figures mythologiques et autres muses sont déjà bien représentées dans les salles – que ce soit dans vos expositions temporaires ou permanentes.

Pour un musée d'envergure, la reconnaissance des femmes dans leur statut professionnel d'artistes est essentielle à l'ajustement de la représentation de l'histoire de l'art à la réalité. Un des rôles principaux d'une institution publique est notamment de corriger ces lectures de l'histoire de l'art qui réduisent des femmes à des sujets contemplatifs ou à des objets de contemplation.[2] N'oublions pas non plus dans ce débat l'importance de distinguer art et artisanat[3], et d'inscrire le travail des femmes artistes dans le champ précis correspondant au contenu et au contexte de leurs œuvres.

Dans le même effort, il s’agit de contrer toute construction démagogique de l'idée qu'un travail d'artiste femme est naturellement un travail féministe. Cette idée, fausse, est contre-productive à l’effort de reconnaissance.

Pour que cette première initiative et tentative de votre part ne reste pas au niveau de la récupération du mouvement féministe à des fins marketing, et pour éviter qu'elle ne nourrisse uniquement les réseaux virtuels, nous vous encourageons vivement à augmenter la visibilité des productions des femmes artistes dans vos collections et dans vos expositions.

Qu'un pourcentage très faible d'artistes femmes soit montré dans des expositions, comme à l'heure actuelle au MAH, ne correspond pas à la réalité de l'histoire de l'art. De même, l’absence d’approches critiques visant l'image de la femme et la question des genres est problématique.

Un véritable engagement du MAH consisterait à créer de la place pour les œuvres d'artistes femmes, à promouvoir un discours critique autour de ces questions, autour des histoires de l’art y relatives et intégrer ces problématiques dans les accrochages et les publications. Ainsi la volonté « d'explorer la place des femmes dans les collections », très justement écrite dans votre communiqué de presse, dépassera le stade de vœu pieux et s’ancrera dans la réalité d’un musée d’avenir.

[1] « Les femmes artistes, muses ou figures mythologiques incarnées occupent une place non négligeable dans les collections du MAH […] » (Communiqué de presse et blog du MAH).

[2] « La femme est un sujet généreux: la femme légendaire y est omniprésente » (Communiqué de presse et blog du MAH).

[3] « Si elles participent activement à la production d'arts appliqués […], elle y restent artisanes. » Plus loin: « Rares sont les femmes qui se sont affirmées dans d'autres domaines que l'artisanat d'art ou à accéder à une reconnaissance et surtout au statut de "femme artistes". » (Communiqué de presse et blog du MAH) 

Signer

Diffusez auprès de votre entourage